Retrouver sa Maison

Déjà plus d’une semaine que je suis en France, mais cela fait exactement une semaine que je suis rentrée à la maison. Alors aujourd’hui j’écris plutôt un billet humeur, pour faire le point avec moi-même.

Je vous parlais du choc culturel en Norvège il y a plusieurs mois, je me dois de revenir dessus. En effet, la dernière étape est la stabilité, mais ce n’est pas fini! Il existe le phénomène du “reverse-culture shock”, ce terme barbare signifie qu’en rentrant à la maison tu auras le droit à un second choc culturel. Et c’est tout à fait normal car tu as changé. 

Je n’ai pas encore assez de recul pour dire actuellement où j’en suis de ce choc du retour mais plusieurs choses m’ont dérangée ou mise mal à l’aise dès que je suis rentrée. Tout d’abord le fait de comprendre les gens dans l’aéroport, car certes j’ai appris quelques mots de norvégien mais en arrivant j’étais totalement déconcertée par toutes ces conversations autour de moi. Et le caractère raleur des français ne m’avait pas manqué du tout!  Mais le grand changement a été le climat, c’est peut-être cliché, mais je n’avais pas énormément de vêtements d’été dans ma valise et pendant mes 3 jours à Bordeaux je ne savais pas vraiment comment m’habiller. De plus, j’avais perdu l’habitude de faire la bise et j’étais un peu déroutée. Mais on reprend vite ses habitudes.

Rentrer à la maison c’est émotionnellement éprouvant mais ça a du bon. J’ai retrouvé ma famille, mes amis. Je suis allé à la Fête du Fleuve de Bordeaux puis à la Fête de la Musique à Clermont. Et même si pendant tout ce temps on a gardé contact, on a toujours quelque chose à raconter et l’envie de partager son expérience.

Mais après cette euphorie du retour, je suis vite revenue à la réalité, mes principales occupations sont actuellement de trouver une entreprise d’accueil pour une alternance et un appart à Lyon. J’ai énormément de choses à faire alors je n’ai  pas le temps pour les remords.

Je ne ressens pas de tristesse face à ce que j’ai laissé en Norvège, parfois un peu de nostalgie c’est vrai. Mais j’estime avoir fait tout ce que je devais faire là-bas, je n’ai pas de regret. Je reste positive, je vie l’instant présent. Je sais que j’ai la vie devant moi et que j’ai le pouvoir d’en faire ce que je veux, alors peut-être qu’un jour j’y retournerai. En fait j’en suis sûre, j’y retournerai. En attendant je garde contact avec les merveilleuses personnes qui ont partagé mon aventure.

Pour ce qui est de mon blog, je vais surement continuer à partager un peu mes voyages et quelques bons plans sur ma vie là bas. Si tu pars en Erasmus en Norvège, n’hésite pas à me donner des idées d’articles qui pourraient t’intéresser en commentaire.

Sinon je vais prendre le temps de réfléchir au contenu que je veux partager. J’ai aimé écrire et partager mon expérience, alors je pense continuer.

Merci de me lire,

Lhéna